De Athènes à Santorini

Nous avons quitter le port de Piraeus avec le ferry de 7H20. Lever 5h30, ça pique un peu mais heureusement nous nous sommes coucher tôt.  Il faut dire que le port de Piraeus  n’est pas ce que l’on peut appeler un lieu de plaisance.  La présence du débarcadère de marchandises, les usines avoisinantes, et la circulation soulignent très clairement l’orientation commercial du port. La veille au soir, il nous a fallu marcher plus d’un kilomètre pour trouver un lieu plus « agréable » pour manger nos gyros pitas :). Par agréable, je veux dire un lieu qui nous rappelle pas à chaque instant qu’il faudra bien retourner travailler nous aussi…

Bref!  Nous sommes donc parti pour Santorini au petit matin. Les grandes portes arrières du ferry fermées, nous voilà navigant vers les cyclades.

 

image

 

Notre première escale fut sur l’île de Paros, où notre ferry a croisé la route de trois dauphins un peu avant d’arriver au port Chora Parou. Après une escale rapide, nous sommes reparti pour l’île de Naxos.

 

image

 

Pour la troisième, et dernier étape, nous avons mouillé dans le très jolie port de l’île de Ios.

 

image

 

Vers 15h, nous sommes arrivés en vu des falaises aux couches multicolores de l’île de Santorini. Les villages, colonisant les crêtes avec leurs maisons blanches troglodytes, semblent dégringoler, dans la mer.

 

image

 

Terminus. Tout le monde descend… et ce n’est pas peu dire. Il est impressionnant de voir ce flot de touriste sortir (vomi) du ferry. Certain marchant pour rejoindre bus et taxis alors que d’autres déjà véhiculés peuvent grimper la falaise vers une destination inconnu. Le tout au rythme des sifflets de la police portuaire.

Un peu noyé dans la masse, je demande quel bus prendre à un boutiquier qui doit être sûrement lassé d’entendre la même question à chaque débarquement. À ma décharge, les grecs ne sont pas les rois de la signalisation. Il est incroyable de voir à quel point ils font l’économie de panneaux. La réponse fut simple et non équivoque : continue à marcher et demande aux chauffeurs des bus. Effectivement, depuis la boutique, il était plus facile de voir les bus qui attendaient au bout du port bien après les arrêts de bus…

Je vous épargne la suite de mon histoire et mes demandes aux chauffeurs qui se sont soldées par des grognements et un geste de bras me demandant de contourner le bus pour mettre mes bagages dans la soute.

2€30. C’est le prix pour un billet de bus pour une personne pour Fira. À Fira, nous avons récupéré notre voiture de location et roulé jusqu’à notre hôtel à l’entrée de Oia. À 18h nous barbotions dans la piscine de l’hôtel :-).

 

image