La grande traversée

Je suis content de partir d’Oia. Pas que la vile soit désagréable, mais je ne ressens pas d’affinité. Peut être trop bling-bling pour moi… le charme n’opère pas. Ce n’est pas faute d’avoir pris le temps de visiter chaque ruelle.

Le fait que je n’aime pas trop l’hôtel, où nous logeons, n’arrange pas les choses. Pas de grosses récriminations mais je ne le trouve pas confortable.

C’est donc avec plaisir que je reprends la route pour traverser Santorin, du nord vers le sud, d’Oia vers Vlychada. Soit une traversée d’une vingtaine de kilomètres à roue de voiture.

Après avoir récupéré nos billets de bateau pour Mykonos à Fira (départ prévu le 25), nous sortons des grandes trajectoires touristiques pour visiter Pyrgos. Comme à notre accoutumé, nous arrivons même à sortir des routes goudronnées.

 

image

 

Pyrgos se dresse sur une colline dans le centre de l’île. Il est agréable de se perdre dans les ruelles qui forment un labyrinthe où les nombreuses églises aux coupoles bleues azur guident les voyageurs vers le monastère fortifié culminant à 567 mètres.

 

image

 

Puis de Pyrgos, nous avons rejoint Emborio gardé par la forteresse vénitienne de Goulas et par huit moulins align sur la crête de Gavrilos.

 

image

 

Il ne faut pas manquer de visiter la vieille ville d’Emborio autour du château (malheureusement fermé pour rénovation).

 

image

image

 

Quelle surprise de voir un dresseur d’oiseaux en action dans ce paysage d’autre temps. D’un geste de baguette, il fait sortir les oiseaux de son choix de la volière. D’une envolé de drapeau jaune, les oiseaux fusent dans le ciel pour maintenir un vol stationnaire à une cinquantaine de mètres. Le dresseurs sifle… comme un seul être les oiseaux piquent vers le dresseur pour stopper leurs vols en rase-motte et rentrer dans la volière.

 

image

 

Après cette incroyable rencontre, nous avons repris la route sans plus de détour vers notre hôtel. Petite frayeur en arrivant à Vlychada quand le GPS nous dit « vous êtes arrivés » devant cette hôtel :

 

image

 

Après un instant de profonde solitude, j’ai repris ma respiration et nous avons cherché aux alentours… Avec l’aide d’une serveuse d’un restaurant, nous avons finalement réussi à trouver l’hôtel… et bizarrement je me suis senti bien mieux.

 

image

 

Après avoir diné d’un poisson, nous sommes descendus au port et visité l’ancienne conserverie de tomates de Vlychada.

 

image